samedi 22 juin 2024

Centredumonde, Bang ! Une introduction à... (2015)

Je suis un véhicule dont le moteur tourne au pastis, j'avale des litromètres, j'ai des glaçons dans le caleçon. Ce Brestois me parle c'est évident. J'ai kifffé à la première écoute et il y en a à écouter sur la page bandcamp de Centredumonde ! 
Depuis 1997, Centredumonde compose des chansons que personne n'écoute, et il ne s'arrêtera que le jour de sa mort! L'introduction indique que Joseph Bertrand n'est pas dupe mais nous non plus! Encore un génie de l'écriture inconnu du grand public que ce fusse avec son ancien groupe Jacques Atomique, son alias actuel Centredumonde ou son pseudo Alix De Stermaria, chroniqueur dantesque pour A découvrir absolument. Un roi de la punch line
De la musique de danse de bord de falaise, on n'est jamais loin du faux pas mais le risque est jouissif. Un hiver de merde en apothéose. Je vénère ce morceau que je ne connaissais même pas il y a quelques semaines. Il aura suffit que je poste le 45t de Jacques Atomique et que mes recherches me conduisent sur la page FB de Centredumonde, que je colle un commentaire sur une photo, pour me faire un ami de plus. Il m'a illico fait cadeau de cette compilation de démos et envoyé le cd en Ecosse sur le champ : Bang ! 
C'est exactement ça : une déflagration de classiques, ce disque. Moi qui suis partisan du cynisme décomplexé mais intelligent, je suis servi. Le soleil se lève pour les imbéciles Et moi je suis le premier debout Qu'est-ce que c'est bon d'être un imbécile. 
Vous noterez aussi la reprise esstraordinaire en français de Depeche Mode, Never let me down again
Dans ses oeuvres, Joseph s'adresse à lui-même autant qu'à nous qui écoutons les yeux fermés et les oreilles ouvertes, mais la main prise par le verre d'alcool salvateur, l'illusion ultime. Il faudrait vraiment que je m'arrête. Bah, quand je serai mort sans doute. Et encore, j'ai 17 ans d'apéros à rattraper avec mon frère donc il y a intérêt que les pubs soient ouverts dans l'au-delà sinon ça va chier. Avec un juke-box à l'ancienne, rempli de musique à nous. 

La cerise sur le gâteau: faites plus ample connaissance avec Joseph au travers de ses Essentiels, cette superbe série du site Stereographics. Un régal de lecture.  
Si vous la parcourez vous retrouverez d'autres étoiles qui illuminent Haar brut depuis 3 ans. 

Centredumonde, ma découverte à retardement essentielle de 2024, sortie chez le label de Maëlle et Arnaud Le Gouëfflec, L'Eglise de la Petite Folie.

Note pour moi-même: il faut que je me concocte un article égocentrique sur mes essentiels. J'adore cette rubrique et évidemment je n'y figurerai jamais donc : se la fabriquer soit-même




extraits


vendredi 21 juin 2024

The Midnight Rovers, Suburb Rock'n'roll CD (2015)

On continue dans la série promotion avec un peu de rockab' en cette Fête de la musique. Pas un genre que j'ai en abondance dans ma discothèque mais lorsqu'un groupe est bon, peu importe le style de musique. Et c'est le cas avec les Midnight Rovers (chaine youtube), entre rock alternatif et rockabilly, co-produit par Midnight Rovers Prod, Appel aux Luttes et General Strike. 
Groupe de la banlieue sud de Paris avec Marylou (chant et choeurs), Cidou (guitare et choeurs), Manouche (contrebasse, basse et choeurs), Torz (batterie et choeurs).
Bizarrement il n'y a qu'un titre à l'écoute sur la page bandcamp du label Appel aux Luttes et avant de l'acheter c'est quand même mieux de pouvoir l'écouter donc j'innove et je viens de créer une playlist sur mon vieux compte Soundcloud dont je ne me servais plus depuis des lustres et que j'ai rafraîchi pour l'occasion. 
Rock'n'roll angel est carrément un petit chef d'oeuvre du genre mais l'ensemble de l'album est vraiment cool. Pas de temps mort, des titres en français et en anglais bien emmenés dont deux chouettes reprises : Yasmina P.A. de LSD et en morceau caché le classique Indians war des Happy Drivers, qu'il faut aller chercher 5 minutes après la fin du dernier titre annoncé, Differently alike. J'adore les morceaux cachés. 







PM, Les petits chefs CD (2000)

C'est la Fête de la musique aujourd'hui en France n'est-ce pas ? M'estimant assez ouvert au niveau musical (blues mis à part) et n'étant pas encore un vieux schnock (cqfd pour le blues) passons un peu de rap vu que je n'ai absolument rien contre ce style musical, au contraire. Enfin... uniquement celui des années 90- début 2000 hein, soyons clair. D'ailleurs mon fils qui a 17 ans ne s'y trompe pas et il écoute pas mal de vieux classiques, essentiellement américains, mais il aime aussi beaucoup NTM et cette clique qui fit exploser le hip hop en France. Pas la soupe auto-tunée à 2 balles qu'on sert aux jeunes d'aujourd'hui. S'ils aiment la merde, ça les regarde. Ou peut-être que finalement je suis bien un vieux schnock. 
Parmi cette génération de fin et début de siècle, PM : collectif hip hop de banlieue parisienne, autour du producteur d'origine réunionnaise Little J et du rappeur kabyle Fresh Ali.
Après avoir participé à plusieurs grands événements comme les Transmusicales de Rennes, le Festival Attitude de Montpellier, Stop La Violence, et en 1ère partie de MC Solaar et autres, PM sort deux 12", dont le deuxième devient rapidement un tube underground, grâce à un titre intitulé "Les Petits Chefs". 
C'est ce morceau que j'avais découvert sur Nova et que j'avais terriblement kiffé,, avec son refrain contagieux et la satire qu'il raconte. J'étais allé direct à la Fnac Rennes, à 2 pas de chez moi, acheter le CD, sorti chez le label bruxellois, label qui a sorti Dominique Dalcan.  
Les paroles de PM abordent de nombreux aspects de la vie en banlieue, elles sont parfois très dures, mais toujours pleines d'humour et d'ironie. 
Les PM ne prêchent pas : ils prennent du recul et décrivent.(Crammed Discs)



extraits



jeudi 20 juin 2024

Flitox, Morceaux choisis CD (2008)

Retour sur Flitox d'Emerainville (77) avec ce cd Morceaux choisis plutôt que l'album Cet homme est mort il faut prévenir la police, et je ne parle même pas de Radio T.V. active le second album que je n'aime tellement pas que je ne l'ai jamais acheté. 
Morceaux choisis comprend 4 morceaux du premier lp (1-4), les morceaux du 45t N°1 que j'ai passé dernièrement (5-9) et le reste est issu d'un concert à Colombes en mai 86, avec la formation initiale c'est à dire avant la scission et l'orientation hardcore américain que prendra la moitié du groupe après l'EP. Le Flitox punk classique 80 reste mon préféré avec "Breizheric" au chant et Phil Hamelin à la batteuse. Le groupe n'atteint peut-être pas les sommets mais ce témoignage audio live remasterisé par Spirou en 2008 pour l'excellent label parisien Zone Onze Records, qui a sorti quelques productions d'Attentat Sonore que je n'ai pas encore publiées, est sympa et vaut le coup d'être partagé, ne serait-ce que pour les complétistes muets qui parcourent le blog au cas où. (J'ai les noms des meneurs). 
A noter deux reprises de DEM d'où provenait le bassiste, Stéphane. 
Tous les crédits sont sur le verso de la pochette. 

le punk ne donne pas faim on est d'accord



mercredi 19 juin 2024

Garbage Collector, 1988 LP (1988) (2021)

Longwy, jadis grand pôle sidérurgique de l'Est de la France, a vu l’ensemble de ses usines disparaître dans les années 1980. L’annonce des plans de fermeture donna alors lieu à de très violentes émeutes dans la ville (1979 et 1984 notamment). De Longwy sur le blog on connaissait déjà les punks de No Class, mais ils ne furent les seuls héritiers de ce climat cataclysmique à fort taux de chômage : Garbage Collector est créé en 1987 et sera un groupe précurseur méconnu de la musique bruitiste française (la noise !). 
Bien trop en avance sur leur époque, en France en tout cas, Armelle (voix), David (percussions), Franck (voix, basse), Moh' (voix, guitare), Philippe (batterie) et Steph (voix, guitare) délivrent, hurlent, leur frustration de cette ville (vie) décomposée et montent un mur du son terrifiant, quasi martial et brut de solfège. Tout dans l'énergie, la spontanéité et sans aucune posture. Cette violence sonique assez rare est commentée ou chantée tour à tour par la voix claire d'Armelle ou les chants d'outre-tombe de ses comparses Franck, Moh' ou Steph.
Ambiance vraiment angoissante et sauvage dans ce seul album de Garbage Collector, méchamment irrespirable mais impossible d'en sortir. On reste sous hypnose, un album incroyable. Il aurait juste été intéressant d'avoir accès aux textes, car pas facile de tout comprendre dans ce tumulte avant-gardiste forcené. 
Peu importe, le disque sera plébiscité à l'étranger ! Par John Robb (ex journaliste de Sounds et chanteur post-punk DIY de The Membranes), la presse US et anglo-saxonne, Sonic Youth et Jello Biafra dont on aperçoit une demande écrite pour recevoir le disque sur la pochette intérieure de l'album. Les fanzines en France seront également nombreux à saluer la performance du groupe et lors de ses concerts déjantés. 
Pourtant, après cet album hargneux et essentiel, aux frontières de l'industriel et sorti chez les labels nancéens Permis de Construire et State of Mind, Garbage Collector ne livrera un CD EP qu'en 1993, quasiment posthume et puis plus rien.   
Je vous invite à lire une très bonne chronique dans le webzine Benzine écrite lors la réédition de cet album (2021) remasterisé par Replica, label de Metz, qui a travaillé avec Franck sur le nouveau master.
On retrouve par ailleurs Franck et David dans Tuscaloosa dont j'avais publié l'EP On a wire

welcome to Longwy
verso original vs. réédition

pochette intérieure

labels originaux v. réédition

lundi 17 juin 2024

The Electric Fresco, Au revoir CD (2003)

Mine de rien cela fait plus de vingt ans que Thierry Duvigneau n'a plus sorti d'album. Il avait déjà fallu attendre une décennie pour écouter une suite à The Underbeat Station avec cet album de The Electric Fresco ici présent, mais depuis presque plus rien. Tout juste une apparition encore sous l'étendard The Electric Fresco dans la compilation Pop'n'Foot (2010) avec le morceau My football shoes. 
J'ai donc eu envie de ressortir cet Au revoir qu'on avait pris pour un A bientôt à sa sortie mais qui était en fait un Adieu ?
Ce serait fort triste car l'album est délicieux, rempli de compositions pop folk fines et harmoniques impeccables. Celui qui restera pour toujours Kid Pharaon s'est entouré de fidèles comme l'ingénieur du son du studio Le Chalet Jean-Marc Sigrist, mais aussi Jean-Paul Roy (second bassiste de Noir Désir), Bruno Saby et Annie Astar qui ont participé au maxi Never is never, Philippe Charpentier (The Underbeat Station), etc.
Un au revoir de très grande classe paru chez Vicious Circle et pour l'acheter il vaut mieux passer directement par le site du label plutôt que leur page bandcamp, c'est moins cher. 






dimanche 16 juin 2024

V/A, Prosaical LP (1999)

Prosaical est une compilation du label Orgasm, créé par Stéphane Recrosio. On le connait un peu sur Haar brut au travers du groupe Clair  et de Mr Quark que j'ai passé plusieurs fois. Dans cette compile de 1999 des groupes français (on retrouve Clair, on découvre Acetate Zero, Cispeo, Subside, Dave's Infusion et Madrid) confrontent leur lo-fi neurasthénique à celle de leurs correspondants anglais (Famous Boyfriend, Steward, Empress). L'ambiance générale me fait penser aux légendaires Ecossais Arab Strap en fait, de la parole et non du chant parfois posé sur de la musique électrico-électronique bridée qui a de temps en temps quelques soubresauts énervés, mais rares. 
Un disque atmosphérique acheté en Angleterre que j'aime beaucoup mais destiné à tourner lors de ces dimanche pluvieux comme aujourd'hui qui donnent peu envie de sortir de sa tanière. Entre deux matches de l'Euro 2024, c'est parfait.

Acetate Zero est aussi le groupe de Stéphane, Astatine son projet solo et Fissile son dernier label sur lequel renvoie le player bandcamp, car je ne pensais pas trouver ce disque en ligne..., mais si !
On peut lire aussi sur Section 26 un article intéressant consacré au sieur Recrosio.

cool pochette, non ?

insert


samedi 15 juin 2024

Les Thugs, Frenetic dancing ! 7" (1985)

Frenetic dancing ! 
Le tout premier disque des Thugs. Ce 45t et sa photo mythique de guerriers Massaï en pochette. Le cliché a été chopé dans un ouvrage de la bibliothèque d'Angers selon Gérald le premier bassiste des Thugs, sûrement dans un numéro de Géo d'après Christophe le batteur, l'un n'empêchant pas l'autre.
Christophe est en charge de la pochette et choisira la police de caractères qui suivra le groupe toute son existence: celle du premier album d'un groupe tchèque, The Plastic People of the Universe, Eon bondy's happy hearts club banned ! Passionné par le travail en studio, il gèrera tous les enregistrements du groupe en fait, dès le début.

A l'origine c'est une copine des Thugs qui envoie leur première démo à Gougnaf Mouvement label de Juvisy-sur-Orge qui vient de se créer, et avec lequel elle est en contact. Le label adore la démo et invite Les Thugs à venir jouer chez eux en juillet 1984. Quelques semaines plus tard, à l'occasion d'une nouvelle invitation, Gougnaf leur propose de sortir un 45t ce qui constituerait une première pour le label  : un disque en anglais !
Pour ce 45t ils enregistrent les morceaux Night dance, Emotion, Femme fatale et You say why? dans la cave de Godefroy de Maupéou, qui a un studio avec un huit pistes. Godefroy est un hippie qui écoute de la musique planante mais il enregistre tous les groupes de chez Gougnaf ! 
Les Thugs ont bien l'intention de placer leurs 4 titres sur la petite galette. A la gravure on leur dit que c'est beaucoup trop et que le son ne sera pas bon s'ils mettent 2 morceaux par face. Comme dès le début ils ont décidé de tout maitriser, ils n'écoutent pas le conseil et lorsque qu'ils reçoivent les tests pressing, le son est... nul ! 
Le disque repart à la gravure et ils sacrifient Emotion qui sera relocalisé sur la compilation Les Héros du peuple sont immortels (1985) et You say why ? trouvera sa place sur une autre compile, également écoutable sur le blog: Raw cuts Volume one Garage French (1985).
Le 7 pouces est tiré à 1000 exemplaires mais il se vendra sur la durée entre 3000 et 4000 copies. Il est distribué au niveau national par New Rose. 

Avec ce 45t Les Thugs font une entrée fracassante dans mon univers musical, pour ne plus jamais en sortir. Ce disque est l'étalon de la musique des Angevins : du barouf mais mélodique, un mur de guitares féroces martelé de caisse claire, un chant, des choeurs, un son, reconnaissables entre tous. Quasi hypnotique. 
Femme fatale reste à ce jour un de mes morceaux préférés des ThugsPlay loud !


Gérald Chabaud (basse, choeurs), Eric Sourice (chant, guitare), Christophe Sourice (batterie, choeurs), Thierry Méanard (guitare rythmique)




jeudi 13 juin 2024

Doggy, Radio .TP. CD (2019) LP (2021)

J'ai quelques groupes/auteurs fétiches dont j'ai toute la discographie ou presque et Doggy en fait partie. Des Limougeauds ne manquait à l'appel que leur dernier album en date Radio .TP. (2019) qu'il était hors de question pour moi de court-circuiter en l'offrant sur un plateau. Mais comme désormais je balance le player bandcamp lorsqu'il est disponible, le problème ne se pose plus et son tour est venu d'apparaitre sur le blog. Parfait pour illustrer le (déjà) 600ème article d'Haar brut, yay !

Radio .TP. est une radio qui ne traiterait que de travaux publics, avec sur la pochette, son satellite prêt à être lancé. Ce qui scintille en orbite ici ce sont ces textes de Guillaume Bassard, toujours aussi énigmatiques voire un peu barrés, mais toujours terre à terre finalement, proches de nous, qui se fondent allègrement à cette pop artisanale parfaite issue d'Anorak Records notamment. Doggy, les rois de la pop réaliste, de la bonne petite chanson bavarde comme Guillaume l'admet dans Pars reviens pars. Et perso un mec qui jacte avec une voix aussi paisible peut me chanter des heures ses histoires de coopératives ou d'éleveur d'oies du Limousin, je l'écoute et reste sous le charme. Mais attention on ne s'endort pas avec Doggy car les mélodies sont toujours alertes, les guitares carillonnantes, les claviers enjoués et la section rythmique énergisante. Ils connaissent la formule de la jangle pop, les bougres. Ils ajoutent même de la trompette dès le premier morceau, ce qui me fait toujours penser aux Pale Fountains. Et lorsque Guillaume n'a rien à dire, ce qui est rare, Doggy nous sort un magnifique instrumental au nom "trainspottingnien", écossais donc : Spud. Un instru de classe mondiale. 
Renaud Sachet a réalisé une fort belle chronique avec le talent qui le caractérise à la sortie de Radio .TP. C'est toujours un régal de lire Renaud donc je vous invite à la dévorer sur Section 26.

L'album a été co-produit par deux labels indiepop que l'on a déjà croisé sur ces pages, l'Espagnol Kocliko et l'Américain Jigsaw Records, pressé à 125 copies cd en 2019. 
Mais en 2021, géniale surprise en découvrant une version vinyle avec un morceau en plus (La crypte de l'empereur David aux textes encore bien fantasques). 
Radio .TP. a donc droit à une seconde vie grâce à la volonté du groupe bien entendu mais aussi à Mediapop Records et Eyes Minded le label du disquaire parisien HandsandArms. Des vinyles ont toujours l'air dispo d'ailleurs si vous suivez les liens. 

Comme il m'arrive aussi de raconter ma vie ici, figurez-vous qu'il y a 15 jours un couple d'amis limougeauds-bordelais est venu prendre le bon air écossais chez nous (sous le soleil, hé oui!) et que la demoiselle a bossé avec... mister Bassard et elle le connait parfaitement bien ! Le monde est petit. 
Et le weekend dernier, incroyable surprise, j'ai eu le privilège de pouvoir écouter un morceau du prochain album de Doggy ! (Merci Guillaume, you made my day
Donc avis aux amateurs, le groupe cherche un label afin de sortir ce nouveau disque, et si le cru de l'album est aussi bon que celui de ce bijou de morceau que j'ai pu écouter (et il n'y a franchement aucune raison pour que ce ne soit pas le cas) : vivement sa sortie, je le clame d'ores et déjà ! 
Limoges est décidément gâtée avec ses deux groupes cultes dans un registre totalement différent : Doggy et Attentat Sonore (qui, je vous le donne en mille, enregistre en ce moment-même un nouvel album !). 

En attendant, prions aussi pour le CSP... (edit: prière exaucée !)

Doggy c'est Guillaume Bassard (textes, musiques, chant, basse, trompette, claviers), Stéphane Ballanche (musiques, batterie, percussions), Pierre Escarguel (musiques, claviers, basses, guitare, choeurs), Stéphane Pomedio (musiques, basse, choeurs). 

recto LP 2021
verso LP + CD original de 2019


pas de jaloux: au-dessus Jigsaw Records à qui il semble rester des cd (aux USA) et ci-dessous Kocliko !

lundi 10 juin 2024

Olympia, Le doute EP CD (1996)

La dernière publication d'Olympia sur ces pages date de l'an passé et n'était pas vraiment folichonne, malgré un nom accrocheur et rigolo : Shirley Mac Laine dans le jardin !
Celle de ce lundi n'est pas aussi morne que ce mini-album, je la trouve même très réussie, mais elle ne nous fera pas non plus sauter de joie ou rouler sous les tables. Etant donné hier le double séisme français annoncé et craint, son titre est plus qu'approprié: le doute.
Olympia est un groupe rennais à géométrie variable emmené par le compositeur principal Timothée Zagula mais comme il est précisé à l'intérieur du digipack de cet EP de 1996 paru chez le label rennais Rosebud , le disque aurait été impossible sans Stéphane, Dominique, Vincent, Nico, Alan et quelques ami(e)s. La photo de Philippe Lebruman, comparse de Timothée dans Swam Julian Swam, son groupe précédent (de Cherbourg), ne montre que Stéphane et Timothée donc j'en conclue que ce sont surtout eux deux Olympia sur cet EP. 
Un EP qui commence assez divinement avec le très beau Le bonheur comme la peine ("... je boirai mon chagrin, je vomirai le tien..."), pour s'achever par un morceau caché, histoire de ne pas finir par La petite mort. Entre les deux, des petites balades intimes et agréables... à part le doute dont je ne suis décidément pas fan.


Stéphane et Timothée